Skip to main content

OÙ NOUS RAPPORTONS


Traduire page avec Google

Journalist Resource November 18, 2020

Global Forest Watch et Atlas forestier: compétences clés à retenir pour journalistes 

Auteur:
Le Rainforest Journalism Fund, en collaboration avec World Resources Institute (WRI), a organisé un webinaire gratuit le 6 novembre 2020 pour les journalistes qui font des reportages au niveau du grand Bassin du Congo portant sur l’utilisation de l’Atlas forestier produit par World Resources Institute ainsi que celle des outils produits par Global Forest Watch (GFW).
Le Rainforest Journalism Fund, en collaboration avec World Resources Institute (WRI), a organisé un webinaire gratuit le 6 novembre 2020 pour les journalistes qui font des reportages au niveau du grand Bassin du Congo portant sur l’utilisation de l’Atlas forestier produit par World Resources Institute ainsi que celle des outils produits par Global Forest Watch (GFW).

Le Rainforest Journalism Fund, en collaboration avec World Resources Institute (WRI), a organisé un webinaire gratuit le 6 novembre 2020 pour les journalistes qui font des reportages au niveau du grand Bassin du Congo portant sur l’utilisation de l’Atlas forestier produit par World Resources Institute ainsi que celle des outils produits par Global Forest Watch (GFW). 

Comment utiliser l’Atlas forestier

Alain Ikala Engunda, le Coordonnateur en charge de la formation et de la sensibilisation de l'Atlas forestier interactif au WRI, a parlé du fonctionnement de base de l’Atlas forestier et montré comment utiliser et interpréter les données de cet outil.

Pour Alain Engunda, l’Atlas forestier interactif constitue un élément clé de l’arsenal de l’administration forestière, il  rassemble et traite de façon structurée les données à jour, complètes et validées sur les titres forestiers, les aires protégées, les projets pilotes REDD, les titres miniers, les blocs pétroliers et les différentes autres affectations présentées sous forme conviviale.

Il a suggéré aux journalistes d’utiliser les outils de WRI pour couvrir des sujets peu traités comme par exemple celui de l’aménagement forestier; l’atlas peut être utilisé pour surveiller le respect pour l'aménagement forestier dans le bassin du Congo.

“Il est vrai que dans la sous-région, plusieurs concessions sont certifiées,mais les concessionnaires forestiers respectent-ils leurs plans d'aménagement?" a dit Alain Engunda. "Ce sujet est très peu traité parce que souvent les gens pensent que l'aménagement forestier ne concerne que les aménagistes forestiers, mais en réalité, ça concerne tout le monde et on peut apprendre et avoir une connaissance de base très facilement.” a-t-il poursuivi.

En réponse à une question d’un journaliste sur comment sensibiliser les gens sur les sujets environnementaux du Bassin du Congo, Alain a relevé qu’il est important de contextualiser les menaces à la forêt.  

“Souvent les populations pensent que [la forêt] ne finira jamais. Mais, avec les outils, on voit comment la forêt est bousillée" dit Engunda. “Et il ne faut pas oublier qu’à côté de cette disparition des forêts, il y a aussi celle de la faune qui se trouve dans cet habitat. Il faut expliquer aux populations que la forêt n’est pas éternelle — il faut pour ce faire,  une sensibilisation permanente.”

Comment utiliser le Global Forest Watch

Madeleine Ngeunga, journaliste camerounaise et boursière de GFW, spécialisée en droits humains et en environnement, a montré les principales étapes pour utiliser les outils de Global Forest Watch. Elle a partagé des exemples de reportages ayant utilisé les données de GFW. 

En effet, le GFW est une plateforme interactive en ligne fondée par le WRI et qui fournit des données et des outils de suivi des forêts ainsi que des données et cartes interactives gratuites sur l’état des forêts mondiales. Grâce à une technologie de pointe, GFW permet à chaque utilisateur d'accéder à des informations en temps quasi-réel afin de savoir où et comment les forêts du monde entier évoluent.

Pour le journaliste d’investigation, GFW fait partie de la panoplie d’outils mettant à sa disposition des données en source ouverte. A côté de l’analyse et la visualisation des données sur GFW, le journaliste garde sa démarche journalistique de vérification des faits. Les données de GFW donnent des pistes de réflexion au journaliste. Il revient au journaliste de donner du sens à ces données en ajoutant des informations contextuelles obtenues soit par des recherches documentaires, des descentes sur le terrain à la rencontre des communautés, des interviews avec des acteurs de la société civile, des acteurs du secteur privé, les autorités traditionnelles ou administratives.

Pour Madeleine, le journaliste d’investigation peut utiliser GFW pour notamment, identifier la recherche de données environnementales ouvertes et disponibles, identifier un sujet d’enquête journalistique lié à la gestion des forêts dans le monde, et aussi pour collecter, analyser et visualiser de données environnementales susceptibles d’enrichir une investigation journalistique.

Exemples d’articles rédigés à partir des données de GFW  “En 2019, le monde a perdu une superficie de forêt tropicale primaire de la taille de la Suisse,” sur Mongabay et “Sécurité foncière: La bataille judiciaire des Bagyeli au Cameroun” sur InfoCongo.

Comparaison entre les outils GFW et l’atlas forestier

Bien qu'il existe des similitudes entre les deux outils, chacun a des atouts différents qui pourraient être mieux adaptés à différents reportages.

Les atlas forestiers de WRI n'incluent que la sous-région du Bassin du Congo alors le Global Forest Watch est un outil mondial. “Avec le Global Forest Watch, on peut faire les corrélations entre les données climatiques et les données de perte de couvert arboré, c’est qu’on ne peut faire nécessairement avec l’atlas forestier,” explique Engunda.

En fait, l’atlas forestier a beaucoup de données plus précises et plus détaillées dans la région et Ngeunga a conseillé aux journalistes d' utiliser les deux outils ensemble pour leurs reportages. Elle a également recommandé plusieurs autres outils digitals utiles pour les journalistes:

Comme pour les précédents webinaires, toutes les présentations visent à renforcer les capacités des journalistes dans la production de leurs reportages, les rendre capables d’illustrer l’état des forêts ainsi que les efforts en cours dans la préservation du Bassin du Congo et permettre la compréhension par le grand public.

Cet atelier était spécialement conçu pour les journalistes ayant une expérience ou un intérêt dans la couverture des questions environnementales au niveau de la région du Bassin du Congo. Pour toute question, veuillez contacter congobasin.rjf@pulitzercenter.org.

Pour en savoir plus sur le Rainforest Journalism Fund, nos subventions et nos ressources et événements, visitez notre site web